2019#StopPlastic

Chaque minute dans le monde, 1 million de bouteilles en plastique sont écoulées. L’ONU tire la sonnette d’alarme sur la pollution des Océans en invoquant une crise planétaire. Pas moins de 8,8 millions de tonnes de plastique sont jetées dans les mers chaque année, selon le Fonds mondial pour la nature (WWF).

Une étude américaine n’est pas plus rassurante : plus de 9,1 milliard de tonnes de plastiques ont jusqu’ici été produites dans le monde, la plupart finissant dans les sites d’enfouissement sanitaire ou dans l’océan.
Une bouteille en plastique met des centaines d’années à se décomposer, tandis que les plastiques les plus durs peuvent prendre des millénaires.

Selon le chef de l’agence de l’ONU pour l’environnement (PNUE), Erik Solheim, il faut une action urgente pour que les océans ne se transforment pas en soupe de plastique.

« D’ici 2050, il y aura plus de plastique dans les mers que de poisson »

Par ailleurs, les bouteilles en plastique peuvent nuire à notre santé si elles ne sont pas convena­blement utilisées.

Une étude effectuée par des chercheurs de l’Université de Cincinnati (Ohio), en janvier 2008, a démontré que certaines bouteilles en plastique libèrent du Bisphénol A (BPA), surtout à cause de la chaleur. Cette substance chimique très toxique est responsable de plusieurs troubles tels que les problèmes de croissance, de digestion ou encore du développement du cerveau… Ceci est particulièrement nocif pour les enfants et les femmes enceintes.

Même si le faible niveau de BPA présent dans les bouteilles en plastique est inoffensif, une exposition à 70 degrés suffirait à le rendre néfaste. Il est donc déconseillé fortement de conserver des boissons chaudes ou bouillantes dans des récipients en plastique.

La réutilisation des bouteilles peut également être dangereuse : cette pratique présente en réalité des problèmes importants en ce qui concerne l’hygiène, puisque les diverses manipulations nécessaires au remplissage aboutissent à une contamination de l’intérieur de la bouteille. Cette contamination est en particulier très importante si la bouteille est aussi comme récipient à partir duquel l’eau est bue au « goulot ».

„Pour arrêter de contribuer à cette surconsommation de déchets, d’exposer sa santé quotidiennement avec un matériau qui n’est pas fiable, mieux vaut adopter une bouteille que l’on pourra réutiliser à l’infini ou presque“